Accueil

Accueil > Actualités > C’ETAIT "L’ECOLE" AUTREFOIS

C’ETAIT "L’ECOLE" AUTREFOIS

Par Gay (Mermet) Marie-Odile Le 6 septembre 2011 3082 lectures

C'ETAIT "L'ECOLE" AUTREFOIS

Le flot d’informations de la dernière rentrée des classes ne manque pas de nous interpeller sur ce qu’étaient les écoles de nos villages et de nos campagnes dans un passé pourtant pas si lointain.


Les écoliers d’aujourd’hui sont assaillis par les problèmes soulevés à la fois par la mode vestimentaire, le sac d’école qui doit être à roulettes et décoré d’une marque à la mode, de la carte d’autocar qui transporte les enfants souvent à une distance réduite et surtout, de savoir si leur classe ouvrira avec un professeur d’école présent à la rentrée.

Pas autant de soucis pour les petits écoliers du Haut-Jura qui se rendaient à pied, depuis leurs fermes isolées, vers les écoles de Bellecombe, des Closettes, de la Combe d’Evuaz, des Hautes Molunes, des Bouchoux. Plusieurs kilomêtres à marcher dans la neige l’hiver. Dans une besace, un maigre repas et sous le bras une ou deux bûches de bois pour alimenter le poêle qui trônait dans la classe unique. Affrontant les intempéries ils n’étaient pas souvent malades et ignoraient les antibiotiques.

Le mobilier scolaire était des plus rudimentaires. Quelques tables rustiques et quelques bancs. On écrivait sur du papier qu’il n’était pas question de gaspiller. Il y a longtemps, le livre par excellence était l’almanach. C’était la lecture préférée de l’ouvrier et du paysan. On le consultait pour beaucoup de choses. Outre le calendrier de l’année, il donnait la date des fêtes, des foires, quelques conseils de jardinage et des prédictions sur le temps. 

Au 19° siècle, les maîtres faisaient l’école chez eux. Ainsi Claude-Marie MERMET-GRANDMOTTET né aux Bouchoux le 6 Avril 1798 instruisait les écoliers à La Pesse. C’était le conseil municipal qui nommait les instituteurs qui étaient rétribués par les particuliers qui avaient leurs enfants à l’école. 

Toutes ces situations ont bien sûr évolué et nos adhérentes, anciennes institutrices, ont certainement des anciens souvenirs qui contrastent avec les "rentrées" d’aujourd’hui. Nous pensons à Marie-France MERMET - Fernande MERMET-GUYENNET - Nicole GRATTARD. Elles n’ont certainement pas oublié le "cahier mensuel" qui était une vénérable institution élaboré par un inspecteur de l’enseignement primaire.

Quelques photos raviveront nos anciens souvenirs de classe.

Bonne rentrée à tous les écoliers d’aujourd’hui. 


Portfolio