Accueil

Accueil > Actualités > DEJA PLUS DE 4 SIECLES, ET PAS UNE RIDE

DEJA PLUS DE 4 SIECLES, ET PAS UNE RIDE

Par Le bureau Le 29 août 2005 48 lectures

DEJA PLUS DE 4 SIECLES, ET PAS UNE RIDE

Il faut se rendre à l’évidence que l’étude des moeurs que nous retrouvons à travers la poésie, les épigrammes, les 


épitaphes de Claude MERMET à la fin du XVI° siècle, ne trouve pas beaucoup de différence avec les comportements que l’on peut constater à notre époque.

Bien évidemment, les charges de travail relatées dans "Le Bon Droit des Femmes" n’est plus tout à fait pareil aujourd’hui, car il est réactualisé par le modernisme. Mais les amis sont toujours pareils, il faut en tâter au moins 50 pour en avoir un bon. Quel régal de cheminer dans ces lamentations, ces consolations, ces épigrammes et épitaphes, tous plus croustillants les uns que les autres.

Le regard porté sur ses concitoyens par Claude MERMET, les tournures poétiques pleines de bon sens et d’observation nous vous les offrons dans notre fascicule traduit du vieux françois pour une meilleure compréhension.

Si vous voulez vous faire plaisir et offrir ces petits trésors d’un autre temps, nous vous en donnons la possibilité. Reportez-vous à la rubrique fascicules pour en trouver les modalités d’envoi.

Avec nous découvrez ce petit paragraphe qui n’est pas un poisson d’avril. "On dit qu’en mer, les gros poissons mangent les petits nourrissons. Mais le poisson d’avril, en chance, tire des plus grands, la substance.

Constatation : au XVI° on parlait déjà du poisson d’avril !!!