Accueil

Accueil > Actualités > Joseph MERMET, SOLDAT et POETE

Joseph MERMET, SOLDAT et POETE

Par Gay (Mermet) Marie-Odile Le 21 juin 2015 250 lectures

Joseph MERMET, SOLDAT et POETE

Le bi centenaire de la bataille de WATERLOO (1815-2015) est largement commenté et mis en valeur par différentes reconstitutions historiques. Sans doute pour fuir les épopées napoléoniennes, Joseph MERMET, alors jeune militaire, rejoint le Canada.


Il naquit à LYON vers l’année 1775. Il connut les excès de la Révolution Française et quitte la France. En Sicile, où il faisait du service, le lieutenant Mermet s’engage dans le régiment suisse de Watteville qui, en 1813, arrive au Canada pour combattre les Américains. Ce régiment était alors au service de la Grande-Bretagne.

En garnison à Kingston, Joseph MERMET rencontre Jacques Viger. Celui-ci est capitaine d’une compagnie de voltigeurs.

Viger échange de nombreuses lettres avec Mermet, dont des poèmes.
Il lui fait connaître le milieu culturel de Montréal et le persuade de publier ses écrits.
La correspondance échangée entre Mermet et Viger témoigne de l’importance de cette amitié toute littéraire, et ce dernier n’hésite pas à partager avec son entourage des écrits de Joseph MERMET.
Le 6 Juin 1814, Viger raconte justement qu’il avait reçu la dernière lettre de Joseph MERMET en date, du 2 juin. Au beau milieu du dîner, le poème " l’Angleterre triomphante la France heureuse" inséré dans la lettre, est lu à haute voix au moment du dessert.
Devant cet hymne à la paix, tout à tour : des cris d’admiration, des larmes d’émotion, exclamations sur les beautés de la pièce, discussion sur tel mot, Viger termine sa lettre en parlant de l’ébahissement extatique des convives.
L’imprimeur Charles Pasteur publie les vers de Joseph MERMET dans son journal "Le SPECTATEUR". Les écrits circulent dans tous les salons à la suite de la publication des vers sur "LA VICTOIRE DE CHATEAUGUAY".

Word - 12.8 ko

Viger écrit à son ami MERMET, le 28 janvier 1814 "Que mes compatriotes vous auront d’obligations mon cher ami, ! Leurs actions ont donné matière à vos vers et il est vrai, mais vos vers immortaliseront ces actes héroïques."

Pendant l’été 1816, Joseph MERMET passe quelque temps à Montréal avant de s’embarquer pour l’Europe avec son régiment. Il semble par la suite regretter son départ et la gloire éphémère qu’il a connu au Canada. En 1821 on le retrouve à Marseille où il meurt en 1858.

Au CANADA, Joseph MERMET n’est pas tombé dans l’oubli.
Ainsi en témoigne cette photo prise par Joël MERMET, au cours d’un récent voyage à Montréal : une rue porte le nom de notre brillant poète.



12.8 ko