Accueil

Accueil > Actualités > Mermet de Lorraine > Les bulletins > La voltige….quelle horreur, sept. 98, Jean Marie Mermet

La voltige….quelle horreur, sept. 98, Jean Marie Mermet

Par Jérôme Mermet Le 27 décembre 2006 218 lectures

La voltige….quelle horreur, sept. 98, Jean Marie Mermet

Quand j’ai annoncé, avec d’extrêmes précautions, à ma mère, la bonne Pierrette, mes intentions de poursuivre ma progression aéronautique par une qualification voltige, j’ai de suite lu sur son visage comme une explosion thermonucléaire.

"t’as pas besoin de ça pour être heureux, pense à ci, pense à çà, patati patala et puis c’est pas la peine de faire l’acrobate pour nous faire du souci à ton père et à moi !!!"

J’ai rangé mes raves dans mon panier et on a discuté politique comme d’habitude..... moi un acrobate ? personne ne la croira....

De retour à Dijon, je poursuivis ma formation, entamée depuis quelques temps, non sans regrets d’avoir lu tant de réprobation dans les yeux de maman. Je suis sûr que le "pépère Victor" aurait été content, lui qui était membre d’honneur de la Royal Air Force et qui n’a jamais eu l’occasion de mettre un pied dans un avion.

Bien entendu, j’ai mouillé quelques liquettes, l’adrénaline a coulé à flot dans mes veines, mais jours après jours les repères s’inscrirent dans ma tête.

A présent, qualif en poche, lorsque l’envie m’en prend, souvent le soir, je file au terrain, effectuer seul ou accompagné d’un ami ou collègue de travail, quelques boucles, vrilles, renversements et autres figures, avec

d’un côté le soleil couchant, celui qui donne à la ville de Dijon et ses fameux coteaux, ses reflets d’or et de l’autre, en fond, toute la chaine des Alpes avec au milieu sa majesté le Mont Blanc. Y’a des fois où je ne regrette pas trop d’être un peu désobéissant !!

Et puis, sâches, Maman, que l’acrobatie est à la voltige ce que le risque est à la sécurité ; à savoir, des ennemis. Dans cette activité, l’improvisation n’éxiste pas, c’est une école de rigueur et d’humilité où les acrobates sont irrémédiablement exclus.

Ceci étant dit et je l’espère bien compris, pour les "ceusses" que ça démangerait quelques part, je reste a leur disposition pour toutes démonstrations théoriques ou pratiques, sensations garanties.

Je salue en passant tous les Mermet de France et de Navarre, ainsi que ceux du monde et des environs.