Accueil

Accueil > Actualités > Mermet de Lorraine > Les bulletins > Nos ancêtres , nov 99 , Yvette Mermet

Nos ancêtres , nov 99 , Yvette Mermet

Par Jérôme Mermet Le 27 décembre 2006 226 lectures

Nos ancêtres , nov 99 , Yvette Mermet






Manants, paysans, laboureurs en Savoie, peigneurs de chanvre en Lorraine, tels furent nos lointains ancêtres ; sans aucun doute, de bons et loyaux ouvriers au service des seigneurs et maîtres. Ce sont eux, ils furent légion, qui contribuèrent à la richesse et à la prospérité de notre belle France qu’ils firent de leurs bras et à la sueur de leur front. Nous pouvons en être fiers, nous, leurs descendants.

Lorsque Norbert découvrit nos origines lors de ses recherches généalogiques, il me disait en plaisantant et sans doute pour me faire bisquer : “ tes ancêtres sont de vils manants ! ”. A vrai dire, cela ne m’a jamais ennuyé et puis il y avait si longtemps ! Au contraire, j’y ai bien réfléchi et tiré cette fierté que je tiens à justifier ici.
C’est en effet grâce à tous ces modestes travailleurs de la terre et autres activités toutes aussi simples que notre pays s’est constitué, a prospéré, grandi, grâce à leur courage, leur habileté, leur intelligence et leur ténacité. De la ténacité, oui, il leur en a fallu une sacré dose dans leur pauvre condition de serviteurs souvent malmenés par de durs maîtres qui les spoliaient en permanence. De la volonté, il leur en a fallu aussi pour se sortir de cette vie précaire. Et du courage durant les guerres qui ruinaient les espoirs, décimaient les familles. Et de l’acharnement donc, pour s’instruire,

apprendre à mieux travailler, acquérir des connaissances.
Ils le firent sans aucun doute de toutes leurs forces, de toute leur ingéniosité et de génération en génération se modelèrent et nous firent ce que nous sommes.

Ces ancêtres, je préfère les imaginer modestes, bons, courageux et honnêtes comme le furent nos grands-parents et ensuite nos parents, plutôt que d’arrogants dominateurs et exploiteurs de souffrances. Persuadée aussi que ce que l’on acquiert par son travail, l’élévation qui s’en suit est autrement appréciable que la fortune qui découle du travail d’autrui, que l’on trouve en naissant dans son berceau.

Soyons donc fiers, tous autant que nous sommes, de ces “ manants ” que sont nos ancêtres, qu’ils soient pour nous un exemple. Au cours des siècles, ils urent à lutter pour plus de justice ; le problème est toujours actuel, alors faisons comme eux, dans la mesure de nos moyens.