Accueil

Accueil > Notre histoire > Les Mermet célèbres > Thomas MERMET Historien

Thomas MERMET Historien

Par Jérôme Mermet Le 5 juillet 2004 468 lectures

Nous avons répertorié Thomas MERMET parmi notre liste de Mermet célèbres.



Thomas Mermet, historien, naquit à Vienne, en Dauphiné, rue des Béates (aujourd’hui rue Mermet), le 21 décembre 1780. Il fit ses études, au collège de sa ville natale et passa ses jours au milieu de ses concitoyens, qui l’appréciaient comme un homme probe, conciliant et plein de bienveillance.

En 1800, au moment de la réorganisation administrative il fut nommé secrétaire en chef de la sous-préfecture et exerça ces fonctions pendant quatorze ans.

En 1814, pendant l’invasion des alliés, il fut nommé sous-préfet de l’arrondissement par le prince Hesse-Hombourg et remplit honorablement ces fonctions délicates. Il démissionna de cette fonction le jour du départ des troupes étrangères. Lors du retour de l’Empereur en 1815 il accepta encore le titre de sous-préfet par intérim et sut éviter à son arrondissement toute commotion politique. Ses compatriotes l’appelèrent à la représentation nationale, il fut élu député le 13 mai 1815 au second tour de scrutin, par 55 voix sur 98 votants.

De plus, la place de greffier du tribunal de commerce s’étant trouvée vacante par la démission de Jean-Baptiste Mermet, donnée le 24 juillet 1806, Thomas Mermet fut élu à l’unanimité pour remplacer son père, et investi de cette fonction, par décret impérial du 6 janvier 1807, il la conservera jusqu’au 4 mai 1836, date à laquelle il démissionna.

Après la bataille de Waterloo, Mermet rentra dans ses foyers, reprit le cours d’une vie moins agitée, mais toujours active. Après sa démission, il se fit « recevoir » autrement dit avocat.

Ce fut pour se délasser du pénible travail qui lui était imposé en raison de ces fonctions, et aussi pour satisfaire ses goûts naturellement enclins à l’étude, que Mermet s’adonna aux recherches archéologiques.

Entre temps ; il avait été nommé membre du Conseil municipal de Vienne par ordonnance royale du 17 octobre 1821 
- membre du Conseil d’arrondissement de Vienne en remplacement de M. de Rigaud de Sérézin, démissionnaire, par ordonnance royale du 30 juillet 1827
et enfin maire de Vienne en 1838.

En 1828 parut le 1 er volume de son Histoire de Vienne, ouvrage qui atteste une profonde érudition et un amour passionné pour son pays natal.
- Les 2 e et 3 e volumes virent le jour en 1833 et 1854 : ce dernier œuvre posthume de l’auteur, fut publié par les soins pieux et dévoués de ses filles.(*)
- A côté de ce livre se place naturellement l’Ancienne chronique de Vienne, journal de littérature et d’histoire locale dans lequel Mermet, qui en était directeur, contribua puissamment à attirer l’attention du monde savant sur l’ancienne capitale des Allobroges (Peuple de la Gaule qui habitait le Dauphiné et la Savoie)
-.
Thomas Mermet était correspondant et membre de la société des antiquaires de France, élu le 30 novembre 1829,
- correspondant du ministère de l’instruction publique pour les travaux historiques dans le département de l’Isère par arrêté du préfet le 25 février 1833 ; c’est à ce titre qu’il fut fait chevalier de la Légion d’honneur.

Il fut correspondant de l’Académie delphinale et de la société de statistique du département de l’Isère, de la commission des antiquités de la Côte d’Or, etc
- Membre correspondant de la société des Sciences et des Arts de Grenoble le 7 avril 1837.
- Membre correspondant de la société des Statistiques des Sciences naturelles et arts industriels de l’Isère, le 2 février 1839.
- Inspecteur des monuments historiques pour le département de l’Isère le 25 octobre 1839

Thomas Mermet mourut à Vienne, dans sa maison de la rue des Béates, le 31 mars 1846.

Spirituels, francs, cordiaux, forts en maths et doués pour le dessin, la poésie, la danse…

Tels sont les Viennois d’après le portrait dressé par Thomas Mermet, homme politique, juriste et historien du siècle dernier .

(*) Jeanne Françoise née le 4 nivose AN douze

Marie-Pierrette (la date manque sur la photocopie de l’acte)

Césarine née le 3 nivose de l’AN 14

François Thomas né en 1807manque le mois à neuf heures du matin

Jean-Baptiste né le 13 janvier 1810 à dix heures du matin et décédé le 13 novembre 1846